Deprecated: Non-static method JSite::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /homepages/31/d341529714/htdocs/valdez25/plugins/system/jcemediabox/jcemediabox.php on line 251

Deprecated: Non-static method JApplication::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /homepages/31/d341529714/htdocs/valdez25/includes/application.php on line 536
Parfois, je me souviens de l'espérance

Valdez


Cliquer sur la photo pour l'agrandir

«Parfois me traverse la brusque conscience
d’avoir franchi les multiples anneaux des temps
et je demeure, enfant abandonné,
sur le rivage mou d’un monde inconnaissable.»

Parfois, je me souviens de l'espérance

 

Valdez romancier "au long cours" cachait un poète. Discret, pudique. Il n'a que peu donné dans le genre. Ce recueil a dû lui échapper.
Pour notre émotion. Et à notre regret, car il a une force poétique,
qu'il ignorait lui-même. Tu étais trop modeste, mon vieux Jaky.

 

Cabanes

Elysées de notre jeunesse,
Feuilles vertes et cartons blancs.
C’était longtemps avant la saison des amours.
Nous y sucions des berlingots en attendant la pluie
et, pour un chocolat, cousine me faisait un
baiser dans le cou.

Je vous cherche en songe, amis de ces années
qu’êtes-vous devenus et les vents qui nous portent
sont-ils toujours mauvais ?

Qui dira la tendresse du veau pour l’étable,
le regard des juments pleines quand
sur l’horizon montent les arcs-en-ciel ?
Qui dira un pays d’orages et oiseaux
où dans les lointains bleus glissaient des trains poussifs
dont les porcs se moquaient,
un pays beau de vignes et de mémoires
où des taureaux fous fracassaient les barrières
avant que des chiens gris les mordent au jarret ?

Devant l’école, passaient des gitans silencieux,
effleurant de la main chaises à rempailler
et seins désenchantés,
des marchands d’élixirs aux si jolies couleurs,
des pères blancs trapus dont les fortes moustaches
avaient vu Tombouctou et l’Oubangui-Chari.
L’épicier arrivait dans son beau camion bleu
et il se murmurait qu’il était trop resté à la ferme d’en haut.

Nous avions dix ans, nous savions tout :
Les vaches qui vêlent et les faiseuses d’anges,
les veillées aux marrons, les bons du trésor
le sang, l’or et le lait, la rosée et la nuit
les ventres qui gonflent et les fruits qui sèchent.
Nous savions tout du fond de nos cabanes.
Bureaux de notre jeunesse,
Feuilles vertes et cartons blancs.
C’était longtemps avant la saison des Palais.
Nous y mangions du saucisson en écoutant la pluie
et pour trois rangs de perles, cousine
acceptait furtivement d’y baisser sa culotte.

template-joomspirit

Site créé par Joseph Périgot • Design Joomspirit