Deprecated: Non-static method JSite::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /homepages/31/d341529714/htdocs/valdez25/plugins/system/jcemediabox/jcemediabox.php on line 251

Deprecated: Non-static method JApplication::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /homepages/31/d341529714/htdocs/valdez25/includes/application.php on line 536
Son histoire

Valdez


Cliquer sur la photo pour l'agrandir

espace

Jaky Monteillard est mort à l'hôpital de Cavaillon, le 16 septembre 2010, d'une petite opération qui a mal tourné à cause de son diabète. Il avait travaillé tout l'été à son prochain roman, déjà très avancé, Les Silences du commissaire Arquero. Celui-ci restera donc inachevé - sauf si un ami écrivain rédige le dernier tiers d'après le plan détaillé qu'a laissé Jaky. Il en est question.

« Dans les abysses dorés du marketing, reposent,
les rêves perdus de l’éducation populaire.
Et je ne saurais dire, si c’est dans la culture de gestion
ou la gestion de la culture que la gauche a sombré.
O Titaniques espérances !
Il y avait trop d’icebergs sur vos marchés. »

Le directeur acteur !

Le directeur de l'institut de formation audiovisuelle prête souvent ses services pour le tournage des films de fin de stage. Il est même capable de faire le méchant !

 

Le questionnaire de Proust

Quel est votre principal caractère ?
Une certaine capacité de compassion.

La qualité que vous préférez chez un homme ?
La bonté.

Et chez la femme ?
La tendresse qui est une sorte de version physique de la bonté.

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?
L'indépendance d'esprit.

Votre principal défaut ?
La difficulté à assumer les conflits.

Votre occupation préférée ?
Vivre en harmonie avec ma compagne.

Votre rêve de bonheur ?
Un grand amour partagé.

Votre plus grande peur ?
Faire du mal à celles et ceux que j'aime.

Ce que vous voudriez être ?
Un dieu bienveillant.

Questionnaire tiré d'un interview pour Bibliopoche en 2001.

Son histoire

Please update your Flash Player to view content.

 

Une jeunesse lyonnaise

Il est né en 1946. C’est un enfant unique, sage, calme et raisonnable entouré de parents aimants, un peu frileux, vivant repliés sur eux-mêmes : peu de relations, pas de voyages, pas de sport. Sa vie se passe entre Lyon et Morey (Saône et Loire) en vacances chez ses grands parents maternels.

Plutôt doué à l’école, il est orienté vers La Martinière, une école technique réputée à Lyon. La branche « chimie » est celle qui lui aurait plu. La famille connaît des difficultés financières à cause de la maladie de sa mère. Son père, ouvrier coiffeur dans le quartier bancaire du centre ville, lui fait quitter l’école en seconde et le place à la BNP. À l’âge de 16 ans, il commence à travailler et prépare son CAP bancaire.

À 18 ans, il est président du Conseil de Maison de la MJC Jean Zay, dans le quartier de Vaise. Ses parents viennent d’acheter un appartement dans une résidence, juste au dessus, et sa maman a repris un emploi. Elle est secrétaire comptable, puis secrétaire de direction, au grand Bazar de Lyon, aujourd’hui Monoprix.

Jaky est un modéré. Son papa coiffeur lui fait des coupes de cheveux de banquier, il a un pli impeccable à son pantalon de flanelle. Outre la chimie, il est passionné par l’aviation, mais les cours de pilotage coûtent bien trop cher.

Le militant d’éducation populaire

En 1966, il épouse Monique, animatrice « théâtre » à la M.J.C. et militante au Parti Communiste. Il quitte la banque après avoir passé son diplôme de Conseiller d’Education Populaire et adhère au Parti. Il crée et dirige, avec son épouse, le centre culturel de Vénissieux.

En 1970, Jaky crée, à Drancy (93), le premier centre de formation d’animateurs pour les collectivités communistes, le CEDIRC. Monique le rejoint dans la région parisienne, bien qu’ils aient divorcé depuis un an : ils se sont promis de rester frère et sœur  (et tiendront leur promesse toute leur vie). Six ans plus tard, c’est lui qui la rejoint à Arles, où elle a été chargée elle-même de créer un CEDIRC. Il est accompagné de Danièle, sa nouvelle épouse, dont il aura deux enfants, Raphaël (1977) et Violaine (1980).

Jaky devient directeur de cabinet du maire d’Arles, Jacques Perrot (PCF), puis secrétaire général des Editions Actes Sud.

L’IMCA

L’IMCA, c’est l’Institut des Métiers de la Communication Audiovisuelle. On y forme des scénaristes, des opérateurs « son », des vidéastes, des monteurs etc. C’est encore avec Monique qu’il se lance, en 1987, dans cette entreprise qui l’occupera jusqu’à la fin de sa vie. D'abord à Nîmes, puis à Avignon.

template-joomspirit

Site créé par Joseph Périgot • Design Joomspirit